Un mort retrouvé à Molenbeek-Saint-Jean, les forces de l’ordre sont sur place

Un mort retrouvé à Molenbeek-Saint-Jean, les forces de l’ordre sont sur place

Selon nos informations, tout un quartier molenbeekois, non loin de la rue de la Sérénade et de la chaussée de Ninove, est actuellement bouclé par les forces de l’ordre. Le corps d’un homme sans vie y a été découvert. « Je peux vous confirmer qu’un magistrat est sur place pour enquêter suite à la découverte d’une personne décédée », nous confirme le parquet de Bruxelles par l’intermédiaire de sa porte-parole, Sarah Durant.

Le parquet de Bruxelles disposait de très peu d’informations à ce stade, la descente des autorités sur les lieux des faits étant en cours.

D’après nos sources, la victime aurait été découverte à bord d’un véhicule. Elle serait décédée d’un tir à la tête. Il est encore trop tôt pour affirmer s’il s’agit d’un suicide, d’un meurtre ou d’une affaire criminelle dans le cadre de ce qui pourrait constituer la 15e fusillade à Molenbeek-Saint-Jean depuis le début de l’année scolaire.

La victime serait née en 1984 et de nationalité belge.

22 fusillades en 2022

Depuis plusieurs mois, il y a une recrudescence des scènes de violence à Molenbeek-Saint-Jean, entre autres. 14 fusillades au total ont été répertoriées depuis septembre dernier. Treize d’entre elles seraient liées à une guerre de territoire entre bandes actives sur le trafic de stupéfiants. La dernière fusillade comptabilisée sur la commune, a coûté la vie à un jeune homme prénommé Dion (20 ans), le 18 avril dernier, dans un règlement de comptes qui ne serait pas lié aux stupéfiants.

Sur l’ensemble de la région, 22 fusillades ont eu lieu depuis janvier dernier, indiquaient les autorités judiciaires, il y a quelques semaines. Quinze personnes ont été blessées et une est décédée. La plupart de ces affaires ont également été mises en lien avec une guerre entre bandes locales sur fond de ventes de stupéfiants.

Les autorités, par la voix du procureur du Roi de Bruxelles, ont réaffirmé leurs priorités. « La répression du trafic de stupéfiants a toujours été une priorité pour les polices et le parquet. (…) Le phénomène évolue, nos méthodes aussi mais nous n’accepterons jamais des zones de non-droit. La police interviendra toujours », martelait Tim de Wolf, le procureur du Roi de Bruxelles.

« Le trafic d’armes est également une priorité. Il y a de plus en plus de saisis mais il est difficile d’indiquer s’il y a plus d’armes qu’avant. Il y a un ‘dark number’ sur le nombre d’armes qui circulent aujourd’hui », notait-il aussi.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Faits divers