Premier cabaret de Chalençon: des peoples et des politiques, dont... Le Pen (photos)

Premier cabaret de Chalençon: des peoples et des politiques, dont... Le Pen (photos)
D.R.

Cette soirée-là n’avait rien de clandestine ! Vendredi dernier, à l’occasion de ses 52 ans, Pierre-Jean Chanlençon organisait, sous les bons conseils de Frank Clerico (du Lido), son premier cabaret dans la salle parisienne du Oh  ! César . « Paris est devenu morose depuis le Covid. Il n’y a plus aucune grande fête », déplorait le maître de cérémonie… qui avait vu juste ! L’affiche de son spectacle – sur laquelle il posait les fesses à l’air devant un rideau rouge – a titillé la curiosité du tout Paris. Les 150 tickets (à 100 euros) pour son dîner-cabaret sont partis comme des petits pains… Et l’amuseur public de se réjouir du succès de cette « première » : « c’était ouvert à tous et je n’ai invité personne. Tout le monde, même les politiciens et les people, a payé sa place. Sauf mes amis Julien Cohen et Charles Dumont et ma maman qui étaient mes invités privilégiés ».

DR

Et parmi les personnalités qui ont voulu vivre une soirée comme au bon vieux temps du cabaret à la Michou – l’un des amis et modèles de Pierre-Jean –, quelques fêtards surprise. « J’ai ainsi vu arriver Frigide Barjot, Afida Turner, Tex, l’acteur Thierry Samitier (« Mes chers voisins »), le journaliste Michel Chevalet, la comédienne Katia Tchenko, le chanteur et compositeur Richard Sanderson (qui a composé les premières chansons du maître de cérémonie), l’ancienne ministre (sous Chirac) Michèle Alliot-Marie, Florian Philippot ou encore… Jean-Marie Le Pen. »

« Il voulait voir mes fesses ! »

Et Pierre-Jean Chalençon, qui se souvient bien du vent de polémique qu’avait fait souffler il y a trois ans une photo de lui et Dieudonné à l’anniversaire de l’ex-leader du FN, a été le premier étonné, dit-il, « de voir que Jean-Marie Le Pen, venu avec son épouse, avait réservé une table. Il m’a dit qu’il était venu pour voir mes fesses ! », sourit-il. Mais l’amuseur public, qui se veut « rassembleur, loin de toute étiquette politique », n’a pas poussé le buzz jusque-là. « Je n’ai quand même pas osé montrer mon derrière sur scène ! J’avais invité un transformiste, à faire son numéro de Céline Dion, j’ai chanté mes chansons, dont la dernière ‘Le Chalenslow’, entouré de quatre danseuses et deux danseurs. D’ailleurs, à l’avenir je me produirai avec mes Chalançonettes ! ».

Pierre-Jean Chalençon se réjouit d’avoir « relancé la fête à Paris, une fête qui réunit une belle diversité sociale. D’ailleurs, il faudrait plus de gens comme moi ! ». Et il prévient que ce n’est qu’un début et anticipe toute polémique : « Oui, il y avait des politiciens présents à mon cabaret, mais ce sont surtout des gens qui n’ont plus de mandat. Et puis, on peut quand même faire la fête avec qui on veut, non ? ».

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en PEOPLE