L’internement prononcé pour le harceleur de deux jeunes filles à Walcourt

L’homme souffre d’un trouble mental.
L’homme souffre d’un trouble mental. - JLP

La première victime venait d’avoir 18 ans quand le prévenu a commencé ses agissements. Il l’a suivie à cinq reprises. « La première fois, j’étais seule dans le train. Il y avait de la place partout, je portais mes écouteurs mais il s’est quand même assis près de moi. Il m’a posé des questions auxquelles j’ai répondu par politesse », expliquait-elle à l’audience.

La jeune fille a revu cet individu plusieurs fois dans ce train qu’elle prenait pour se rendre à Charleroi. « Il était de plus en plus intrusif. Il allait jusqu’à me prendre le bras ou me faire la bise. Il m’a un jour suivie jusqu’à la salle de sport où je me rendais. Mon langage corporel devait lui faire comprendre que je ne voulais pas plus. Mais je n’osais pas m’énerver par peur de sa réaction », ajoutait la jeune fille.

Un trouble mental

Malgré un rappel à la loi qui lui a été fait par la police, le prévenu a recommencé, fin 2018, avec une autre dame. Il l’a suivie jusqu’à son véhicule alors qu’elle sortait d’une pizzeria. Quelques jours plus tard, il l’a suivie dans un train et à la sortie de la gare. Elle s’était réfugiée chez un inconnu chez qui le prévenu a fini par sonner pour lui dire qu’il était amoureux d’elle.

En aveux, le prévenu qui souffre d’un trouble mental qui altère sa capacité de discernement et le contrôle de ses actes disait ne pas avoir eu l’impression de commettre des infractions.

BELGA

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Dinant (prov. de Namur)Charleroi (Hainaut)Walcourt (prov. de Namur)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Faits divers