«Face au tsunami Omicron, la CIM Santé décide de rompre les digues»

«Face au tsunami Omicron, la CIM Santé décide de rompre les digues»

« Face au tsunami Omicron, la CIM Santé décide de rompre les digues », fustige le Setca-SEL dans un communiqué.

« En supprimant la quarantaine, la vague peut continuer à déferler. On ne supprime pas le risque d’être contaminé, on l’augmente ! On n’évite pas le chaos, on le nourrit. Mais qu’importe puisque les enfants sont gardés et les charges administratives allégées. Tant pis pour les personnes à risque, qu’elles soient membres du personnel, élèves ou parents d’élèves », s’insurge le syndicat.

La CIM Santé a décidé mercredi soir de mettre un terme à l’« emergency break », mesure « coup de frein » qui prévoyait la fermeture d’une classe dès qu’on y recensait quatre élèves malades.

Les ministres ont aussi décidé que les enfants ayant eu un contact à haut risque dans leur cercle familial (parent ou frère/soeur contaminé) ne devraient plus obligatoirement se tenir à l’écart de l’école, sauf s’ils affichent eux-mêmes des symptômes ou s’ils sont testés positifs.

Pour le syndicat socialiste, ce nouveau changement démontre que « les membres du personnel des établissements d’enseignement ne sont jamais que des variables d’ajustement dans des protocoles dont plus personne ne comprend le sens. La coupe est pleine ! ».

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique