L’incendiaire d’une maison à Andenne demande un sursis

En partant, le prévenu a volontairement bouté le feu à l’immeuble.
En partant, le prévenu a volontairement bouté le feu à l’immeuble. - D.R./PHOTO PRETEXTE

La quatrième chambre correctionnelle de la cour d’appel du Hainaut a examiné ce mercredi un dossier namurois revenu à Mons après cassation.

Le tribunal correctionnel de Namur avait condamné un incendiaire originaire de Charleroi à une peine de six ans de prison ferme, confirmée par la cour d’appel de Liège.

Toutefois, les deux instances étaient en désaccord sur un point. Le tribunal de Namur a estimé que l’auteur aurait dû savoir que l’immeuble était occupé, car on était alors en période de confinement, ce qui constitue une circonstance aggravante. La cour d’appel de Liège avait estimé l’inverse et l’arrêt avait été cassé par la Cour de cassation.

En appel à Mons, l’avocat général a déclaré que la jurisprudence namuroise était la bonne et a demandé de confirmer la peine. « Un homme raisonnable aurait dû savoir que l’immeuble était occupé, car nous étions en plein confinement strict », a déclaré le représentant du ministère public.

En état de récidive

Dans la nuit du 18 au 19 septembre 2020, le prévenu est entré dans une habitation à Andenne pour commettre un vol. En partant, il a volontairement bouté le feu à l’immeuble. Le propriétaire de la maison, présent à l’étage, a réussi à éteindre le feu.

La défense, qui estime que le prévenu ne s’est pas rendu compte que l’immeuble était occupé, car il était en état d’ivresse, a plaidé un sursis probatoire sur une peine qui ne peut pas dépasser cinq ans de prison.

Le prévenu était en état de récidive. En 2018, la cour d’appel du Hainaut lui avait infligé une peine de trois ans de prison pour un vol. Deux ans plus tôt, il avait écopé d’un an de prison pour l’incendie d’une voiture.

L’arrêt sera prononcé le 16 février.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Faits divers