Sparkoh Frameries: un nouveau président succède à G-L Bouchez

Georges-Louis Bouchez et Fabrice Brion.
Georges-Louis Bouchez et Fabrice Brion. - D.R.

Occuper un siège de sénateur est bien incompatible avec la présidence de Sparkoh !, déclarait le mercredi 19 janvier le ministre régional des Pouvoirs locaux, Christophe Collignon, devant le parlement wallon.

Une semaine plus tôt, la question s’était posée suite à un article du Vif affirmant qu’occuper les deux postes était incompatible. Ce à quoi le principal intéressé nous avait répondu que le point avait été analysé par différents organes de contrôle, notamment au niveau du sénat mais aussi du gouvernement wallon. Depuis, les administrateurs tant PS que Ecolo avaient demandé une réunion du conseil d’administration (CA) de Sparkoh ! Il fallait, selon eux, vérifier au plus vite que les décisions prises au niveau du CA de Sparkoh depuis l’arrivée de GLB à la présidence, en 2019, restaient valables d’un point de vue juridique.

Mais aucune convocation n’est parvenue aux membres du CA malgré la demande des deux partis…

Pour le 10 février

Ce lundi, Pascal Lafosse et Barbara Crombez pour le PS, ainsi que Charlotte de Jaer et Laurent Renard pour Ecolo, ont cosigné une lettre adressée à la directrice générale de Sparkoh ! afin de convoquer d’urgence un CA pour le jeudi 10 février. « Selon les statuts, si trois administrateurs demandent une réunion du CA, elle doit avoir lieu », insiste Pascal Lafosse. Cela même sans l’accord du président.

Tout aussi irritée par l’attitude du président de Sparkoh !, Charlotte de Jaer ajoute : « On sait qu’une étude juridique est arrivée voici quelques jours, et les membres du conseil d’administration ne l’ont toujours pas reçue, ce qui est regrettable ! Tout ce que nous demandons, c’est de la transparence. »

GLB agacé

Georges-Louis Bouchez nous confirme qu’une étude juridique a bel et bien été demandée. « Rien n’est menacé, aucune décision depuis que je suis président n’est menacée », souligne-t-il. « Il y a la continuité des services et puis chaque décision est cosignée par 4 personnes. »

En fin de journée ce lundi, il a toutefois annoncé qui sera son successeur à la présidence de Sparkoh : Fabrice Brion, fondateur et CEO d’I-Care, élue entreprise de l’année en 2020.

« Durant les 5 années passées à la présidence du PASS, devenu Sparkoh, j’ai eu l’honneur et le plaisir de travailler avec équipe formidable. Ensemble, nous avons modifié l’organigramme pour plus d’efficacité, augmenté le niveau de fréquentation, fait face à la crise Covid, développé une stratégie commerciale et marketing, changé le nom de la structure et, enfin, finalisé un nouveau contrat de gestion. Autant de succès mérités pour une institution phare de notre région », commente Georges-Louis Bouchez.

Fabrice Brion président

« Le temps est désormais venu de poursuivre sur cette lancée et d’apporter des expertises complémentaires. C’est la raison pour laquelle, j’ai proposé au nom du MR, Monsieur Fabrice Brion pour occuper la fonction de président du conseil d’administration de Sparko à l’avenir ».

Fabrice Brion, qui est ingénieur de l’ISIC à Mons, a créé l’entreprise I-Care à Mons. Spécialisée dans la maintenance prédictive, I-Care emploie plus de 500 personnes à travers le monde, dans près de 30 pays, et poursuit sa croissance spectaculaire chaque semaine.

Fabrice Brion commente cette désignation : « Sparkoh ! correspond a mes valeurs car c’est au cœur du Borinage et orienté vers l’éducation technologique des jeunes. La region a besoin que ses jeunes se tournent vers les technologies pour que Mons-Borinage puisse se développer économiquement »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Mons (Hainaut)Frameries (Hainaut)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE MONS-BORINAGE