Des panneaux «podométriques» pour ancrer davantage la marche à Bruxelles

Encourager la marche.
Encourager la marche. - PhotoNews.

L’approche multimodale d’une mobilité urbaine durable et respectueuse de la santé doit replacer le piéton au cœur des projets. Pourtant, à Bruxelles, il est encore fréquent que les cheminements balisés ne permettent pas aux marcheurs, peu importe leur profil, (réguliers, itinérants, ou aux piétons utilitaires) de circuler sereinement et efficacement. Pour pallier cela, la majorité bruxelloise (PS,Ecolo, Défi, Groen, Open Vld et One.brussels) dépose une proposition de résolution quant à l’installation de panneaux indicateurs podométriques.

« Beaucoup de personnes privilégieraient la marche s’ils avaient connaissance des temps de trajet à pied. Ces panneaux indiqueront les itinéraires les plus pertinents et la durée des trajets concernés. On parcourt le trajet entre la gare centrale et arts-loi en moins de 15 minutes. Idem entre le rond-point Louise et le centre-ville. Peu de personnes réalisent que la marche est un mode de déplacement très efficace en ville. 60 % des déplacements à Bruxelles font moins de 5 kilomètres. En installant ces panneaux à travers la ville, les Bruxellois, les navetteurs et les touristes seront incités à privilégier la marcheà d’autres moyens de transport. C’est une bonne chose au niveau environnemental, au niveau de la mobilité mais aussi pour la santé de tout le monde  », déclare le député Julien Uyttendaele (PS), à l’initiative de la proposition.

Cette proposition de résolution aspire donc à rendre la signalisation piétonne claire et simple en arborant une charte graphique lisible. Il s’agit de rendre les itinéraires pédestres efficaces et confortables pour les usagers afin que la marche devienne un mode de déplacement comme les autres. Il en va de la nécessité d’assurer le shift modal que nous nous attelons à promouvoir dans notre ville.

«   La marche est notre mode de déplacement le plus naturel mais nous avons eu tendance, avec le développement des autres modes de transport, à oublier combien il est utile et pratique. Marcher, c’est la priorité du principe «   STOP   », cher à Ecolo et Groen, qui recommande l’aménagement de l’espace public d’abord pour les piétons   », ajoute Ingrid Parmentier (Ecolo).

Désencombrer les transports en commune

Les panneaux podométriques ont pour objectif de renseigner le piéton sur sa position et son temps de parcours. Dès lors, ce medium permet de mieux réaliser les distances et les temps de marche. L’intérêt est, en effet, d’effectuer à pied les trajets effectués jusqu’ici en transports en commun sur de courtes distances (une à deux stations de métro, soit une petite dizaine de minutes environ) − et, partant, de diminuer le nombre de voyageurs aux heures de pointe, désencombrant ainsi les réseaux de transport.

«   Nous sommes tous piétons, mais si nous ne connaissons pas le chemin et que la signalisation est inadéquate, nous choisirons une autre option. C’est dommage, car la marche présente de nombreux avantages. Des cartes pour piétons existent déjà. Utilisons ces données, rendons les panneaux uniformes et lisibles et développons-les à plus grande échelle   », note Carla Dejonghe (Open VLD).

«   Grâce aux panneaux podométriques, vous êtes toujours sur le chemin de la prochaine attraction et la prochaine attraction est accessible à pied. Les panneaux podométriques vous donnent un coup de pouce supplémentaire pour découvrir votre propre ville   », ajoute Hilde Sabbe (one.brussels).

Outre ces avantages, la mise en place d’une signalétique dédiée aux piétons s’inscrit dans le cadre d’un maillage optimisé et adapté à la Région tout en répondant à de multiples enjeux : enjeux sanitaire, environnemental et en termes de sécurité.

«   Avec les nouveaux panneaux, qui indiquent le meilleur itinéraire à pied et le temps correspondant, nous encourageons les Bruxellois et les touristes à se déplacer encore plus à pied   », indique Arnaud Verstraete (Groen).

Enfin, il est important de veiller à̀ ce que ce réseau soit visuellement harmonieux afin de créer une cohérence graphique à travers tout le territoire de la Région et de renforcer la lisibilité de l’espace public. Ce réseau doit être intégré dans la ville de telle manière qu’il ne constitue pas un obstacle supplémentaire pour les usagers et soit intégré autant que possible dans le mobilier urbain existant

«   Uniformiser et généraliser la signalétique par de tels panneaux permet de savoir ce qu’on a autour de soi et à combien de temps de marche notre destination se trouve. Mais cela ne doit bien sût pas nous détourner des besoins en accessibilité des personnes à mobilité réduite. Au-delà de ces panneaux que nous soutenons, restons attentifs à l’état de nos trottoirs   », souligne Marc Loewenstein (DéFI).

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES