Adrien Dolimont remplace Jean-Luc Crucke: suivez la conférence de presse du MR

Direct
Adrien Dolimont remplace Jean-Luc Crucke: suivez la conférence de presse du MR
Belga et C.H.

Adrien Dolimont, 33 ans, devrait succéder à Jean-Luc Crucke comme ministre wallon du Budget. La désignation officielle a été faite lors d’une conférence de presse au siège du MR, à 10h30.

Suivez la conférence de presse en direct

> 8h45 : selon nos informations, c’est Adrien Dolimont qui remplacera Jean-Luc Crucke comme ministre du Budget.

> 10h41 : la conférence de presse commence.

> « On a fait le choix de la jeunesse et de l’expertise » : Georges-Louis Bouchez confirme la nomination d’Adrien Dolimont.

> Un nouveau chef de cabinet a été désigné : ce sera Raphaël Dubois, échevin MR à Waremme. Le reste de l’équipe du ministre du Budget ne change pas.

> Le nouveau ministre a pris la parole : « Je vais faire le maximum pour relever ce défi passionnant dès cette après-midi », a-t-il déclaré. « J’ai déjà commencé hier soir », a-t-il avoué. « C’est une première pour moi. Autant de micros, c’est assez rare », a-t-il lancé.

> 10h53 : la conférence de presse est terminée.

> 11h20 : Le choix d’Adrien Dolimont est celui de la «jeunesse et de l’expertise», a expliqué mardi le président du MR, Georges-Louis Bouchez. A ses yeux, il était important de renforcer la province de Hainaut, dont est originaire le nouveau ministre, en faisant émerger de nouvelles têtes.

Qui est Adrien Dolimont ?

Si Dolimont est inconnu du grand public, cette nomination ne constitue pas une énorme surprise en région carolo. Nous évoquions d’ailleurs cette possibilité dans nos colonnes ce mardi matin. L’homme a été bercé dans la politique depuis l’enfance. Son grand-père matenel a été pendant de très longues années un élu local, et a même porté pendant quelques mois l’écharpe mayorale.

Le principal intéressé, lui, est décrit par chacun comme quelqu’un de brillant et prometteur. Diplômé de la Polytech à Mons, où il a même décroché un doctorat, il a lancé sa propre boîte comme indépendant dans la foulée. En parallèle, il a très rapidement après sa majorité été élu à Ham-sur-Heure/Nalinnes pour occuper successivement les rôles de premier échevin et de président de CPAS.

Avant les dernières élections communales, il avait même été désigné par les militants MR comme chef de file local, au nez et à la barbe de l’inamovible bourgmestre Yves Binon. Il avait alors accepté de céder la tête de liste à ce dernier, à condition que la mandature soit partagée en deux : quatre ans de mayorat pour Binon, deux pour Dolimont. Un deal accepté par chacun, sur lequel le bourgmestre était revenu une fois élu.

Alors qu’on se dirigeait vers une guerre entre les deux hommes dans les prochains mois, la décision du jour vient résoudre le problème.

Une campagne pour Bouchez

Comme déjà évoqué, plusieurs indices avaient laissé deviner ce choix. Aux élections régionales de 2019, placé troisième sur la liste MR, il avait décroché 5630 voix. Plus que la deuxième Rachel Sobry, mais l’effet dévolutif de la case de tête lui avait été fatal, alors que le MR n’avait décroché que deux sièges dans la circonscription de Charleroi/Thuin. Adrien Dolimont cochait donc toutes les cases voulues par le président du MR Georges-Louis Bouchez : une figure jeune, prometteuse, ayant déjà une grosse assise locale, à faire émerger.

L’histoire entre les deux hommes ne date en plus pas d’aujourd’hui. En région carolo, Adrien Dolimont avait été un des seuls à faire campagne pour Bouchez contre Ducarme, le local de l’étape, lors de l’élection interne pour la présidence du MR. Certains voyaient alors bien Bouchez lui renvoyer l’ascenseur avec le poste de sénateur que le néo-président avait promis de quitter. Mais comme il a conservé son siège…

Par ailleurs, Bouchez frappe aussi stratégiquement avec ce coup. Il lance une figure jeune et prometteuse dans une région où le PS avait fait de même avec… Thomas Dermine voici peu. Et il pacifie une des Communes les plus marquées « MR » du Hainaut.

Bien sûr, il faudra voir la réaction de Denis Ducarme, qui voit une nouvelle fois le poste lui passer sous le nez, au profit de quelqu’un de sa propre circonscription. Ce lundi, certains parlaient de guerre nucléaire interne si le scénario se réalisait.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Politique