Economies à la province du Hainaut: «il faut plutôt entamer une action en justice»

La CGSP a organisé une action lors du conseil provincial fin novembre.
La CGSP a organisé une action lors du conseil provincial fin novembre. - H.W.

« Il nous revient que la CGSP a déposé seule un préavis de grève pour le 16 décembre 2021 et nous déplorons l’absence de concertation entre partenaires sociaux. Pour l’heure, les affiliés de la CSC, dans leur majorité, estiment que cette action est prématurée. En effet, actuellement le constat est clair : les mesures proposées par la province doivent encore être concertées avec les organisations syndicales », introduit la CSC.

Même si une action n’est pas (encore) envisagée, la CSC veut continuer à défendre, lors des futures concertations, les intérêts des travailleurs de la province du Hainaut. « Nous n’accepterons pas que les travailleurs soient les victimes des décisions politiques prises au niveau de la Région wallonne et que la province du Hainaut ne prenne pas toutes les mesures nécessaires visant à limiter au maximum l’impact sur le personnel. »

Recours pour la province de Namur

Depuis que l’impact budgétaire de la réforme des zones de secours est connu, « la CSC-SP incite les autorités politiques à entamer un recours contre la décision du gouvernement wallon qui oblige les provinces à assumer les obligations d’un Etat fédéral défaillant », dénonce le syndicat.

Pour rappel, il est prévu que la province du Hainaut devra supporter 65 % du coût des zones de secours. « L’Etat fédéral s’enrichit en ne respectant pas ses obligations légales, le tout sur le dos des travailleurs. À ce jour, seule la province de Namur a pris ses responsabilités et conteste juridiquement la décision du gouvernement wallon. La province du Hainaut, quant à elle, et pourtant la plus grande province de Wallonie, se réfugie derrière le recours déposé par la province de Namur pour ne plus entamer d’action judiciaire alors qu’elle en avait décidé autrement l’été dernier », ajoute-t-il.

Selon la CSC, la province du Hainaut a préféré travailler seule sur un plan stratégique et a décidé de prendre des mesures qui vont lourdement impacter le personnel. « Nous craignons que ce plan stratégique ne soit que l’arbre qui cache la forêt. En effet, lors la dernière réunion syndicale, l’autorité voulait prendre d’autres mesures qui allaient également impacter le personnel et ce, notamment concernant la mise à disposition de personnel provincial pour des ASBL et la récupération des congés annuels lors d’un licenciement. Fort heureusement, la CSC a bloqué ces dossiers et a demandé à l’Autorité de revoir ses décisions. (…) La CSC Services Publics invite l’autorité provinciale à prendre ses responsabilités en évitant que les travailleurs aient l’impression d’être pris en otage », conclut le syndicat.

Squid Game s’invite à la manifestation organisée lors du conseil provincial (vidéos)

La série Squid Game est devenue un symbole dans les manifestations.
La série Squid Game est devenue un symbole dans les manifestations. - H.W.

Le conseil provincial débutait à 9h30 à Havré. Dès 9h, environ 80 personnes affiliées à la CGSP étaient réunies à l’entrée afin de manifester leur mécontentement suite aux mesures budgétaires annoncées par la province du Hainaut. Les manifestants ont formé une haie d’honneur pour saluer les conseillers provinciaux qui arrivaient.

Une haie d’honneur pour accueillir les conseillers provinciaux.

La semaine dernière, la province du Hainaut a dévoilé son plan d’économies. L’objectif est de dégager 52 millions d’euros pour 2024 en faveur des zones de secours. Une obligation mais qui a des conséquences directes sur la qualité du service de la province du Hainaut.

« Entre la suppression de certains services et un moratoire strict sur l’emploi, la province va supprimer 500 emplois, ou 450 équivalents temps plein (ETP), d’ici 2024. Ce ne sont pas des licenciements mais cette situation va peser sur ceux qui restent. Cela va également provoquer une fuite de talents, s’ils n’ont plus de perspectives ici. C’est toute la qualité du travail qui va être diminuée et donc le service aux personnes », dénonce Laurent Dufrasne, dirigeant responsable à la CGSP Hainaut-Ouest.

Des agents qui se sentent «sacrifiés» au profit du budget.

Pour Cédric Gossuin, agent à la Ville de Mons, il était normal de venir. « Ce genre de mesures, ça finit souvent par déborder ailleurs, en cascade. Ça pourrait très bien nous arriver donc on est venus soutenir nos camarades physiquement et mentalement », explique-t-il.

Des agents de la Ville de Mons présents pour soutenir leurs camarades.

Besoin de concertation sociale

Au début du conseil provincial, Laurent Dufrasne a pris la parole, accompagné de trois agents déguisés avec les costumes de la célèbre série Squid Game. Chacun avait la couleur d’un parti : un rouge pour le PS, un vert pour Ecolo et un bleu pour le MR. Ces trois partis ont en effet participé à la task force afin de dégager des budgets.

Une manière de frapper fort et d’ainsi faire passer leur message : « On mène cette action pour maintenir une pression politique et demander au conseil provincial de respecter la concertation sociale. En ce moment, on fait face à une politique du fait accompli, alors que nous avons, de notre côté, des solutions », conclut-il.

La CGSP a organisé une action lors du conseil provincial fin novembre.

Laurent Dufrasne, dirigeant responsable CGSP pour la région Hainaut-Ouest.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Région wallonneprovince de Hainautprovince de Namur

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE MONS-BORINAGE