L’inflation et la crise sanitaire pèsent sur la reprise de l’économie wallonne

Olivier De Wasseige, administrateur délégué de l’UWE
Olivier De Wasseige, administrateur délégué de l’UWE - Belga

«Cette année ne tiendra pas toutes ses promesses et l’horizon semble déjà se boucher dangereusement pour 2022» même si le PIB wallon devrait progresser de 4% l’année prochaine, avertit déjà l’Union wallonne des Entreprises (UWE).

La croissance des derniers trimestres est moins vigoureuse que celle enregistrée au début de l’année, l’impulsion donnée par les politiques monétaires et budgétaires commençant à s’estomper, souligne la fédération patronale régionale, jeudi, dans son point conjoncturel de décembre.

Parallèlement, la hausse de l’inflation, dopée par les tensions sur les prix énergétiques, impacte les entreprises qui pourraient voir augmenter leurs coûts salariaux. S’y ajoutent les contraintes d’offres, principalement dues aux manques de matériaux et aux perturbations dans les chaines d’approvisionnements ainsi que les risques liés à l’évolution incertaine de la crise sanitaire.

En Wallonie, la pénurie de main d’œuvre pèse également sur les perspectives de croissance.

«Les entrepreneurs wallons sont au milieu du gué. Les résultats de notre enquête menée au début du mois de novembre confirment la croissance observée en 2021. Les entrepreneurs ont connu une première moitié d’année favorable à leur activité et à leurs exportations. L’emploi et les investissements ont également connu une évolution positive. Au moment de l’enquête, les perspectives d’évolution pour ces indicateurs restaient relativement favorables. Mais, c’était sans compter sur le retour en force du virus et l’émergence du nouveau variant, qui rendent les perspectives certainement plus moroses aujourd’hui», explique Olivier de Wasseige, l’administrateur délégué de l’UWE.

Malgré tout, le PIB wallon devrait croître de 4% l’année prochaine, à comparer à la hausse attendue de 5,5% cette année. Selon la fédération patronale, cette hausse découle toutefois d’un effet de rattrapage alors que la situation structurelle de la Wallonie reste «inconfortable», avec notamment l’explosion de la dette publique «qui pose la question de sa soutenabilité à long terme».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Région wallonne
Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique