Molenbeek-St-Jean autorise le logement précaire d’une vingtaine de sans-abri

Catherine Moureaux.
Catherine Moureaux. - Elio Germani

L’occupation sera coordonnée par Warm Bed, un collectif citoyen qui accompagne les personnes sans-abri, sans papiers et des demandeurs d’asile. La commune de Molenbeek-Saint-Jean fournira de plus un accompagnement par le biais de son service de médiation et de lutte contre le sans-abrisme.

Le bâtiment situé à la rue de la Campine fera l’objet d’une large rénovation pour du logement, qui doit être lancée dans le courant de l’année 2022.

« Je me suis rendu sur place et j’ai rencontré les représentants des occupants », raconte Mohamed Daif, président de la société immobilière de services publics du Logement Molenbeekois. « Après concertation avec mon comité de gestion et la direction, (...) nous nous dirigeons vers une occupation de 6 mois à titre gratuit. »

La bourgmestre Catherine Moureaux (PS) relève que « Molenbeek accueille, actuellement, plusieurs sites d’occupation précaire. Nous accueillons près de 500 personnes vulnérables sur notre territoire. C’est énorme pour ma commune. Nous tentons à chaque fois d’être médiateurs entre les propriétaires et les occupants afin d’établir un dialogue. Dans ce cas de figure, je suis heureuse de voir l’aboutissement de cet accord rapide qui permettra à 20 personnes de passer l’hiver à l’abri ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Molenbeek-Saint-Jean (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES