Anderlecht fête cette année les Saints Maurice et Nicolas

Saint-Nicolas sera accompagné de Saint-Maurice.
Saint-Nicolas sera accompagné de Saint-Maurice. - PhotoNews

À l’approche de l’arrivée du patron des écoliers, la commune d’Anderlecht ne célébrera non pas l’arrivée d’un saint, mais de deux. Cette année, Saint-Nicolas sera accompagné de son homologue Maurice. Un personnage chrétien noir auquel l’ASBL Belgïk MoJaïk a pensé pour remplacer le polémique Père Fouettard. Ainsi, un nouveau récit sera proposé aux enfants dans le but de lutter contre les stéréotypes et le racisme véhiculés par la représentation de « Zwarte Piet ». Différents spectacles seront organisés dans les écoles, mais également en sessions ouvertes à l’Espace 16 arts les 1er, 4 et 5 décembre.

Une fête inclusive

Partie du constat que cette représentation à caractère raciste a une réelle incidence sur les enfants afro-descendants, mais pas que, l’ASBL Belgïk MoJaïk, en partenariat avec Source Plurielle et Ratara, s’est emparée de la narration pour en faire un outil de lutte contre le racisme. « On change non seulement les personnages, mais également le récit dans le but de rétablir un rapport d’égalité entre les deux Saints », explique Aline Bosuma. L’idée est ainsi de moderniser cette tradition très ancrée en Belgique afin de la rendre inclusive, égalitaire et promotrice de cohésion sociale. « La religion est finalement secondaire. On aimerait à terme parler également aux non-chrétiens », précise Audrey Boucksom. Si certains parents peuvent se montrer réticents face à l’initiative, les enfants sont disposés à aller vers la nouveauté. Les deux membres se disent même étonnées de voir la vitesse à laquelle les enfants s’emparent de cette version du récit.

Si la représentation du Père Fouettard est en réflexion depuis quelques années à Anderlecht, la commune fait un pas plus loin cette fois. Contacté par Belgïk MoJaïk, le cabinet de l’échevinat en charge de l’Égalité des chances a directement été séduit par le projet. « Au total, ce sont 600 enfants de la première maternelle à la troisième primaire qui bénéficieront de cette initiative », informe Jérémie Drouart (Ecolo). À l’avenir, une nouvelle collaboration n’est pas à exclure, bien du contraire. Tout dépendra des moyens alloués à cet effet. L’échevin anderlechtois précise toutefois qu’il y a une réelle volonté de pérenniser ce genre d’initiatives : « Nous souhaiterions que cela devienne structurel et allons tout faire pour. »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Anderlecht (Bruxelles-Capitale)Saint-Nicolas (prov. de Liège)
Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES