La consultation entre les syndicats de Fedasil et Sammy Mahdi a été «constructive»

La consultation entre les syndicats de Fedasil et Sammy Mahdi a été «constructive»
Isopix

Un front syndical commun rassemblant la CSC, de la CGSLB et la FGTB a organisé lundi une grève de 24 heures au centre pour demandeur d’asile du Petit-Château à Bruxelles. L’objectif était de protester contre un manque structurel de personnel qui ne permet plus aux employés de Fedasil de prendre en charge les demandeurs d’asile dignement. Selon les syndicats, le recours à des contrats temporaires renouvelés tardivement, entre autres, entrave le bon fonctionnement du centre.

Mercredi, les syndicats ont rencontré Sammy Mahdi pour discuter de la situation. « Il y a eu une réunion avec le secrétaire d’État durant laquelle les problèmes concernant la gestion du personnel ont été discutés », a indiqué Kai Saillart de la CSC après la réunion. « Notre message a été compris. Le secrétaire d’État s’est engagé à poursuivre la consultation. » Mme Saillart s’est dite « pleine d’espoir » que les discussions aboutissent à une solution structurelle.

Le secrétaire d’État a lui aussi réagi en expliquant que la consultation avait été « constructive ». « Il est logique que les contrats temporaires ne soient pas appropriés pour les postes qui ne sont pas temporaires », a-t-il reconnu. « Je comprends parfaitement la demande de meilleures conditions de travail du personnel. »

M. Mahdi a répété que des infirmières supplémentaires allaient être recrutées et, qu’en termes de capacité d’accueil, 5.400 places tampons allaient être créées. « Les employés de Fedasil peuvent compter sur mon engagement. »

On ne sait pas encore quand aura lieu la prochaine discussion entre le secrétaire d’État et les syndicats. Ces derniers doivent également rencontrer la direction de Fedasil.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique