L’extension du Covid Safe Ticket à nouveau au cœur des débats au parlement wallon

L’extension du Covid Safe Ticket à nouveau au cœur des débats au parlement wallon
Belga

« Les nombreuses situations particulières seront abordées dans la FAQ – la liste de questions fréquentes, ndlr – qui sera publiée après l’adoption du décret et qui sera tenue régulièrement à jour en fonction des interrogations remontées par le call center que nous mettons en place et par les gouverneurs qui seront les interlocuteurs privilégiés des autorités locales », a répété la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, aux nombreux parlementaires qui l’interrogeaient.

« C’est ainsi que le fédéral a également procédé pour ses règlementations covid », a-t-elle ajouté en soulignant qu’il est tout simplement « impossible d’aborder toutes les situations particulières dans un décret ».

« Les FAQ, ce n’est pas du droit. Renvoyer une série de questions à cette liste, ça nous semble périlleux. On sort de l’Etat de droit », avait auparavant dénoncé le chef de file du cdH au parlement régional, François Desquesnes.

Dans la majorité, la députée MR Rachel Sobry a elle aussi souligné l’importance de disposer de cette liste de questions « dans les plus brefs délais ». « On n’est plus dans une phase d’urgence extrême. C’est le rôle des pouvoirs publics d’éclairer les zones d’ombre. Mais trouver ce décret perfectible ne veut pas dire qu’on ne le soutient pas », a-t-elle déclaré. « En tant que libéraux, ça nous fait toujours mal de voter des textes qui restreignent les libertés. Néanmoins, en tant que citoyenne et en tant que parlementaire, je suis convaincue que c’est un mal nécessaire », ajouté la députée régionale.

Toujours dans les rangs de la majorité, un amendement « visant à clarifier les choses pour les mouvements de jeunesse dans leurs activités ordinaires », a été déposé, a de son côté expliqué Manu Disabato (Ecolo). « Ces activités ne sont pas concernées » – tout comme ne seront pas soumis au CST les jeunes de moins de 16 ans dans les activités sportives –, a-t-il assuré en se disant par ailleurs « abasourdi » d’un autre amendement déposé par le cdH à propos de l’exonération de CST prévue pour les institutions politiques législatives.

« Nous sommes les législateurs. À ce titre, nous devons être exemplaires. Il n’y a aucune raison qu’une exception soit prévue pour les mandataires politiques. C’est un mauvais signal pour les citoyens qui attendent de la cohérence, de la clarté et de l’exemplarité », a ainsi tenté de défendre le député humaniste René Collin. Après une interruption de séance, son amendement a finalement été déclaré irrecevable, le président du parlement, Jean-Claude Marcourt, invoquant la séparation des pouvoirs. « J’entends mettre le parlement en dehors du champ d’application du décret de l’exécutif », a justifié ce dernier.

Enfin, cette longue séquence de questions-réponses aura également permis d’apprendre que tous les plus de 65 ans recevront automatiquement une version papier de leur CST par voie postale, a annoncé la ministre Morreale.

Le vote sur le projet de décret interviendra en soirée. En commission, le texte avait été approuvé par la majorité. Le PTB avait voté contre, estimant notamment que les moyens nécessaires au CST devraient plutôt être investis dans la première ligne de soins. Quant au cdH, il s’était abstenu, faute de réponses à ses questions.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Région wallonne
Aussi en Belgique