Les chèques de relance à Schaerbeek, un «fiasco» pour le cdH

Les chèques de relance à Schaerbeek, un «fiasco» pour le cdH
D.R. / D.L.L.

Le conseiller communal Cédric Mahieu ne mâche pas ses mots et a du mal à cacher sa frustration. Schaerbeek a mené l’opération de relance économique « 1030 Shop Local » pour soutenir le commerce local fortement impacté par la crise sanitaire. « Seuls 155.180 euros ont été redistribués aux commerçants sur les 290.000 euros budgétés. Soit seulement 55 % du budget réellement redistribué aux commerçants ! », s’insurge l’humaniste.

Suite à l’interpellation de Cédric Mahieu, l’échevine de la Dynamisation économique Lorraine de Fierlant (LB) a détaillé l’usage des chèques de relance. La première version se basait sur un cercle vertueux mais complexe : 25 euros dépensés dans un commerce local donnaient droit à un chèque de 10 euros valable dans une autre enseigne participante. Du 1er au 18 novembre 2020, seuls 4.150 euros ont été reversés aux commerçants.

« Suite à cette première action décevante, il restait donc un budget d’un peu plus de 280.000 euros que nous avons décidé d’allouer à une nouvelle action de chèques ‘1030 Shop Local’ mais sur un principe plus simple », explique l’échevine.

La Cité des Ânes a reçu 20.887 demandes des citoyens pour obtenir un chèque à dépenser dans les commerces participants. De plus, 3.300 chèques de 30 euros ont été distribués au personnel communal (CPAS et personnel enseignant inclus). « 8.509 chèques de 10 euros ont été réellement utilisés et 2.198 chèques de 30 euros. Soit un total de 151.030 euros réinjectés dans l’économie schaerbeekoise », précise Lorraine de Fierlant.

Manque de transparence

Pour le cdH, la commune a mal communiqué et pas bien pensé son opération. Plus de la moitié des chèques ont été dépensés auprès des commerces qui n’ont pas fermé pendant le confinement et 22 % du montant sont allés dans les poches des grandes surfaces. « e », dénonce-t-il. « On a encore donné de l’argent aux grandes surfaces qui n’en ont pas besoin. Je ne comprends pas que l’administration ait accepté ça, c’est lamentable. »

Interrogée par nos collègues de la Dernière Heure, Lorraine de Fierlant refuse de parler d’un « flop ». Plus de 150 commerces ont participé à l’action, précise-t-elle. Elle confie cependant être « déçue que les gens n’aient pas utilisé les chèques demandés ».

Pour Cédric Mahieu, la majorité a honte et tente de le faire taire en rappelant que ces données concernant les paiements et les avantages attribués aux commerçants sont couvertes par « le secret des affaires » et ne peuvent être divulguées. Un manque de transparence que n’apprécie pas l’humaniste au point qu’il a déposé plainte auprès du ministre de tutelle des Pouvoirs locaux Bernard Clerfayt (DéFI), également bourgmestre empêché de Schaerbeek. « C’est l’argent du contribuable. Les Schaerbeekois ont le droit de savoir qui a reçu des subsides de la commune », conclut le conseiller communal.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Schaerbeek (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES