L’Iran souhaite organiser une conférence sur l’Afghanistan fin octobre

Illustration
Illustration - Photonews

« La conférence du mercredi 27 octobre réunira les ministres des Affaires étrangères des pays voisins ainsi qu’un représentant de la Russie », a déclaré lundi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh.

Selon ce dernier, l’Iran soutiendra lors de cette réunion l’option d’un gouvernement dans lequel tous les groupes politiques, « y compris les talibans », sont représentés.

Ce que l’Iran veut en Afghanistan, c’est la paix, ce qu’il ne veut pas, c’est la violence et le terrorisme, a déclaré Saeed Khatibzadeh. Sur cette voie, tous les États voisins doivent se tenir aux côtés du peuple afghan, a encore affirmé le porte-parole.

En Iran, il existe des divergences sur la façon dont le gouvernement devrait traiter les talibans dans un avenir proche.

Certains cercles politiques à Téhéran estiment que les talibans ont changé et ne sont plus le mouvement islamiste de ces dernières années. D’autres, cependant, disent que les développements récents ont prouvé exactement le contraire. De plus, selon eux, l’Iran chiite restera toujours un ennemi juré des talibans sunnites.

Une nouvelle vague de réfugiés redoutée par Téhéran, comme après l’invasion soviétique de l’Afghanistan en 1979, ne s’est pour l’instant pas matérialisée. La raison, selon les observateurs, en est la crise économique aiguë en Iran ainsi que les contrôles stricts dus à la pandémie de coronavirus.

Les zones tampons provisoires mises en place aux trois postes frontaliers dans le nord et le sud-est du pays seraient également restées vides jusqu’à présent.

Aussi en Monde