Un policier londonien, inculpé de viol, placé en détention provisoire

Un policier londonien, inculpé de viol, placé en détention provisoire

Le policier, David Carrick, 46 ans, a été arrêté samedi dans le comté de l’Hertfordshire (nord de Londres), selon la Metropolitan Police (Met), qui l’a suspendu le jour même.

Il a comparu lundi dans la capitale britannique devant le tribunal de Westminster Magistrates, accusé d’avoir violé une femme qu’il avait rencontrée en août 2020 via l’application Tinder.

Il rejette « catégoriquement les allégations » portées contre lui, a déclaré son avocat, Ryan Dowding. Son client a été placé en détention provisoire jusqu’à une prochaine comparution devant la justice le 1er novembre, devant le tribunal de St Albans, au nord de Londres.

Ce policier fait partie de l’unité de la police de de la capitale chargée de la protection du Parlement et des représentations diplomatiques.

C’est l’unité à laquelle appartenait aussi Wayne Couzens, le policier de 48 ans condamné jeudi à la prison à perpétuité pour le viol et le meurtre en mars d’une Londonienne, Sarah Everard, qu’il avait menottée au cours d’une fausse arrestation, avant de l’enlever, de la violer et de la tuer.

Cette affaire a plongé la police dans la tourmente : accusée d’avoir ignoré une série de signaux alarmants sur le condamné, elle se retrouve au coeur d’une crise de confiance de la part de la population.

Le meurtre de Sarah Everard avait semé l’effroi au Royaume-Uni. Des milliers de femmes avaient confié sur les réseaux sociaux avoir été menacées ou agressées dans l’espace public, appelant les responsables politiques à agir.

« Je suis profondément préoccupée d’entendre qu’un policier de l’unité chargée de la protection parlementaire et diplomatique a été arrêté et inculpé de cette infraction grave », a déclaré dimanche la cheffe de la Met, Cressida Dick. « Je reconnais pleinement que cela inquiétera fortement le public aussi ».

Lundi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a affirmé à la télévision qu’il y avait un « travail énorme » à faire pour rétablir la confiance des femmes en la police.

« Les gens devraient avoir confiance en la police », a-t-il dit, en marge de la conférence annuelle de son parti conservateur à Manchester, dans le nord de l’Angleterre.

« Mais ce que nous devons faire, c’est (.) rendre les rues plus sûres et nous investissons massivement dans la vidéosurveillance et l’éclairage public et nous nous assurons également de changer la culture de la police. », a-t-il poursuivi.

Boris Johnson a en outre appelé à traiter plus rapidement les infractions et à recruter davantage de femmes dans la police.

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde