Namur: la Route des Plaques a mis les femmes d’exception à l’honneur (vidéo)

La société royale Moncrabeau.
La société royale Moncrabeau. - V.L.

Ce samedi, sous l’égide du Comité central des Fêtes de Wallonie, la Route des Plaques faisait son retour.

Ce parcours animé à travers les rues de Namur a pour vocation de commémorer des personnages illustres qui ont influencé la vie namuroise. Bien souvent, des personnalités moins connues sont mises en avant également.

Les femmes étaient à l’honneur ce week-end.
Les femmes étaient à l’honneur ce week-end. - V.L.

Le premier thème de cette année particulière était les femmes d’exception de notre capitale wallonne.

Dans les rues de Namur.
Dans les rues de Namur. - V.L.

Célèbres ou moins connues, ces Namuroises ont, à travers leur talent, leur passion ou leur combat, marqué et marquent encore la vie de la ville de Namur.

Attentifs!
Attentifs! - V.L.

Au fil de la balade de ce samedi, nous avons ainsi découvert la bravoure de Dieudonnée Morel, qui n’hésita pas à étrangler un soldat ennemi afin de sauver la vie de son père.

V.L.

Dans la rue Saint-Nicolas, c’est avec « Man Cath » (Catherine Wéry) que le public fait connaissance. Née en 1846, elle ne quitta jamais son quartier, ni sa maison. Le décès de son mari, l’incendie de sa maison en 1914 ou le bombardement de Namur en 1944 furent des épreuves qu’elle surmonta jusqu’à sa mort, à l’âge de 104 ans.

V.L.

Le second thème abordé lors de ce périple dans les rues namuroises était les lieux d’exception.

Nous avons ainsi découvert l’histoire singulière de l’Académie des Beaux-Arts, rue du Lombard. Celle-ci débute officieusement le 16 janvier 1804, mais le premier document officiel attestant de son existence est daté de 1918.

La tête du cortège.
La tête du cortège. - V.L.

La promenade s’est ensuite prolongée dans de nombreuses rues, à la découverte de ces Namuroises illustres et de ces lieux bien souvent méconnus. Le tout au son de la fanfare Royale Sainte-Barbe et Saint-Laurent de Dongelberg.

La Route des Plaques s’est clôturée sur l’esplanade de l’Hôtel de Ville, avec l’évocation de la première femme bourgmestre, Catherine Maloteau, en 1734.

Vincent Lorent

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Namur (prov. de Namur)
Aussi en L'ACTU DE LA PROVINCE DE NAMUR