Les infections multiples peuvent causer la mise en quarantaine d’une classe entière

Les infections multiples peuvent causer la mise en quarantaine d’une classe entière
Belga Image

Certains changements ont été apportés pour le suivi des contacts dans les secteurs de l’enseignement et de la garde d’enfants. « Si un enfant dans une crèche, une école maternelle ou secondaire a le Covid-19, les autres enfants de la classe ainsi que l’enseignant sont considérés comme des contacts à faibles risques. Ces derniers ne doivent être testés que s’ils présentent des symptômes et ne doivent pas être mis en quarantaine. Ils peuvent donc poursuivre leur scolarité et leurs autres activités. Cependant, ils doivent éviter tout contact avec les personnes qui présentent un risque élevé de développer le Covid-19, comme les grands-parents », indique le rapport.

En cas d’infections multiples au sein de la classe, ou si le test d’un enseignant est positif, il peut s’avérer nécessaire de mettre toute la classe en quarantaine. « Dans ces cas, le centre psycho-médico-social (CLB, centrum voor leerlingenbegeleiding) a pour mission d’évaluer le risque », explique Ria Vandenreyt de l’agence flamande de santé « zorg en gezondheid ». « Le centre évalue le risque d’infection de la personne positive et décide ensuite si la classe doit être mise en quarantaine ou non. Chaque contact à haut risque doit alors être testé ».

Par ailleurs, si l’enseignant est testé positif au Covid-19, les élèves de sa classe habituelle seront généralement considérés comme des contacts à haut risque. « En effet, l’enseignant se promène en classe, il ne peut pas toujours garder ses distances et puis le port du masque est assoupli dans les écoles primaires… Par contre, si une analyse détaillée des risques se révèle possible, seuls les enfants ayant subi une exposition de plus de 15 minutes à une distance inférieure à 1,5 mètre seront considérés comme des contacts à haut risque », ajoute Sciensano.

L’institut a précisé lundi soir que les personnes entièrement vaccinées étaient dans la plupart des cas exemptées de quarantaine après un premier test négatif. « Toutefois, un test négatif précoce n’exclut pas que la personne ait été infectée et se trouve en période d’incubation. C’est pourquoi, dorénavant, le premier test devra être complété par un second test, 7 jours après le dernier contact à risque », ponctue Sciensano.

Aussi en Monde