Béatrice est retournée vivre dans sa maison sinistrée à Chaudfontaine

Illustration des dégâts à Chaudfontaine
Illustration des dégâts à Chaudfontaine - Belga image

Béatrice est l’une des nombreuses personnes touchées par les terribles inondations du mois dernier. Le 15 juillet dernier, cette habitante de Chaudfontaine a vu l’eau détruire le rez-de-chaussée de sa maison. Comme de nombreux autres sinistrés, sa maison est aujourd’hui inhabitable. Pourtant, Béatrice a pris la décision de regagner son domicile, fatiguée de rester à l’hôtel ou d’aller « à gauche et à droite » sans se sentir vraiment chez elle. « On a essayé de trouver une caravane, un appartement, une maison, sans succès », confie-t-elle à RTL.

Hier lundi, comme elle l’explique à RTL, Béatrice est donc rentrée chez elle. Une maison dans un état déplorable, notamment au rez-de-chaussée, alors qu’elle venait à peine de la rénover. « On a aménagé tout l’étage, car les chambres n’ont pas été touchées. Mais les odeurs nauséabondes, c’est trop fort. Je sais que ce n’est pas bon pour la santé, mais tant pis », raconte-t-elle à nos confrères.

Et rien n’est simple puisque Béatrice n’a même pas le minimum pour vivre. « J’ai une table et trois chaises. Je cherche un frigo, une cuisinière… Je ne suis pas bien, mon fils n’est pas bien… Il faut tout recommencer à partir de zéro. C’est fatigant de faire marche arrière alors qu’on avançait », se désole-t-elle.

Dans le malheur, Béatrice a néanmoins pu compter sur la solidarité de ses voisins. Des voisins qui ont, pour certains, également décidé de regagner leur maison sinistrée.

À Chaudfontaine, environ 134 familles sont encore à reloger. « C’est complexe de trouver ce qui convient en fonction de la composition des ménages ? Nous avons donc lancé un appel pour des caravanes et nous avons reçu pas mal de réponses. L’objectif est de placer ces caravanes le plus près possible du logement des personnes », explique Daniel Bacquelaine, le bourgmestre de Chaudfontaine.

Des cuisines de campagne installées à Pepinster et Chaudfontaine

À la demande des autorités communales et régionales, la Défense s’est établie dans les communes touchées par les inondations de la mi-juillet afin d’assurer la coordination de la distribution alimentaire. Des cuisines de campagne ont ainsi été installées ce lundi à Chaudfontaine et à Pepinster. Ces cuisines sont dédiées à la production de 600 repas par jour, de part et d’autre, qui sont destinés à cinq points de distribution à Liège, Chaudfontaine, Trooz, Pepinster et Limbourg.

À Chaudfontaine, le bourgmestre, Daniel Bacquelaine, se dit satisfait du retour de la Défense pour assurer cette mission, en complément des actions menées par la Croix-Rouge, jugeant en effet la Défense plus à même vu son expérience en la matière. Les cuisines mobiles y ont été établies sur le site de Source-O-Rama, qui fait actuellement office de centre de distribution des dons.

« Les repas confectionnés sur place sont en partie distribués là-bas pour les habitants de Chaudfontaine Sources et une autre partie est acheminée vers le point de distribution à Vaux-sous-Chèvremont, près de l’église (rue des Combattants) », explique le bourgmestre de Chaudfontaine. « La demande est un peu moins forte que ce qu’elle a déjà été, soit jusqu’à 1.000 repas, mais nous en sommes encore à 600 repas. »

Celui-ci précise que la phase de nettoyage et d’évacuation des déchets se termine. « Ce sont déjà plus de 30.000 tonnes de déchets qui ont été évacuées et nous allons ajouter des conteneurs afin que les personnes sinistrées y déposent leurs déchets », poursuit Daniel Bacquelaine.

Aussi en REGION LIEGEOISE