JO 2020: Enquête officielle sur le cas de l’athlète biélorusse emmenée à l’aéroport

JO 2020: Enquête officielle sur le cas de l’athlète biélorusse emmenée à l’aéroport
Reuters

Le Comité international olympique (CIO) a ouvert mardi une enquête officielle sur le cas de Krystsina Tsimanouskaya, l’athlète biélorusse forcée de mettre un terme à sa participation aux JO de Tokyo ce week-end. Elle a obtenu un visa humanitaire polonais.

Le porte-parole du CIO, Mark Adams, a déclaré lors d’un point de presse que le comité s’attend également à recevoir un rapport du comité national olympique biélorusse plus tard mardi. L’organisation internationale souhaite entendre toutes les personnes impliquées dans le cadre de l’enquête. « Nous devons aller au fond des choses », a confirmé Mark Adams qui n’a cependant fourni de détails sur la durée des investigations.

Il a par ailleurs ajouté que le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés apporte son soutien à Tsimanouskaya. « Notre responsabilité est avant tout la sécurité de l’athlète », a-t-il souligné.

Tsimanouskaya, une sprinteuse de 24 ans, a obtenu un visa humanitaire de la Pologne après avoir refusé d’embarquer dimanche à l’aéroport Haneda de Tokyo, affirmant qu’elle était forcée de retourner au Bélarus pour avoir critiqué son entraîneur. Elle se trouve toujours à Tokyo actuellement.

L’athlète avait fermement critiqué la fédération biélorusse d’athlétisme, qui voulait la contraindre à participer au relais 4x400 mètres alors qu’elle était censée initialement courir le 100 mètres et le 200 mètres. Elle avait alors été accompagnée à l’aéroport par des responsables du comité olympique national biélorusse pour rentrer dans son pays mais a refusé ce retour forcé, de « peur » de se retrouver en prison.

Le comité national olympique biélorusse est dirigé par Viktor Loukachenko, fils du président Alexandre Loukachenko. Tous deux ont été interdits d’assister aux Jeux olympiques de Tokyo en raison d’allégations de discrimination contre des athlètes qui ont participé à des manifestations contre la réélection controversée du président en août 2020.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Haut-le-Wastia (c.f. Anhée)Anhée (prov. de Namur)
Aussi en Jeux olympiques