Van Aubel après la victoire sur le Canada: «On a fonctionné à un très haut niveau»

Belga
Belga

Comme contre l’Afrique du Sud mardi, les Red Lions ont réussi à planter neuf buts au Canada, jeudi à Tokyo, lors de leur 4e et avant-dernier match de poules du tournoi olympique de hockey messieurs. Lors de ces deux derniers succès, permettant à la Belgique de dominer outrageusement le groupe B avec le maximum de points (12/12), pas moins de sept buteurs différents se sont illustrés. Avec le partage dans le match suivant (2-2) entre les Pays-Bas et la Grande-Bretagne, dernier adversaire des Belges dans ce 1er tour vendredi, ces deux nations totalisent désormais 7 unités derrière la Belgique. Celle-ci est donc assurée de terminer à la 1ère place et de rencontrer l’équipe classée 4e du groupe A en quart de finale.

Pour Florent Van Aubel, très altruiste depuis le début du tournoi mais qui a ouvert son compteur but en fin de rencontre face au Canada, l’important n’est pas « l’individu ». « Ce qui compte surtout c’est de donner l’amour de la balle aux autres équipiers. C’est l’équipe qui doit être la star. Si l’individu joue sa star dans un match, c’est que nous n’évoluons pas à 100 pour cent. Aujourd’hui en seconde période, on a montré que l’équipe des Red Lions était la meilleure sur le terrain. On a fonctionné à un très haut niveau. »

En terminant à la 1e place de leur groupe, les hommes de Shane McLeod sont assurés d’éviter l’Australie, qui comme eux totalise le maximum de points dans le groupe A, et l’Inde, 2e. Les 3e et 4e places se joueront entre l’Espagne, la Nouvelle-Zélande et l’Argentine. « Personnellement, je ne suis pas calculateur. Je laisse les autres faire leurs analyses et puis je vois », a conclu Van Aubel en plaisantant.

Fait rare pour être souligné, l’ancien double meilleur joueur mondial Arthur Van Doren a très peu joué jeudi contre le Canada. « Avec la température très élevée, il est important de garder de la fraîcheur en vue du tour suivant », a expliqué ’King Arthur’. « Ce facteur fraîcheur fera pour moi la différence en fin de tournoi. La compétition est encore longue et nous allons continuer à grandir. Je sens que le groupe a encore de bonnes jambes et nous sommes tous bien conscients que rien n’est fait », selon l’Anversois de 26 ans aux 201 capes.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Aubel (prov. de Liège)
Aussi en Jeux olympiques