Chasse à l’homme: Jurgen Conings est toujours introuvable

Chasse à l’homme: Jurgen Conings est toujours introuvable
Belga

« Des raisons concrètes » ont amené les enquêteurs à concentrer les fouilles jeudi après-midi autour de trois zones précises du parc, a précisé le parquet fédéral à l’agence Belga. Ces recherches n’ont cependant pas permis d’appréhender l’individu en fuite et les fouilles sont interrompues pour cette nuit.

En début de soirée, les services de police et les unités de la Défense à la recherche de Jürgen Conings ont annoncé fouiller une zone d’un périmètre de pas moins de 20 kilomètres. Environ 400 hommes étaient déployés, dont 150 de la Défense et 250 de la police. La Belgique avait également demandé du renfort à ses pays voisins. « Nous voulons être minutieux dans notre travail de recherche et avancer en toute sécurité dans une zone parfois difficile d’accès en raison des forêts, des buissons et des plans d’eau », a expliqué le directeur-coordinateur (DirCo) de la police fédérale limbourgeoise, Robin Minten. Il a par ailleurs dit ne pas savoir si le quadragénaire était toujours en vie ou s’il avait fui.

Les forces de l’ordre recherchent depuis mardi soir Jürgen Conings, un militaire de 46 ans répertorié comme « extrémiste potentiellement violent » par l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam). Le fugitif armé avait menacé de s’en prendre aux structures de l’État et à plusieurs personnalités.

Le fil de la journée de ce jeudi

> 23h45 : Le ratissage du périmètre n’a pas permis de trouver Jurgen Conings, la personne recherchée, déclare Wenke Roggen du bureau du procureur fédéral.

> 22h : La présence impressionnante de l’armée et de la police à Maasmechelen attirait de plus en plus de curieux, jeudi soir. Les spectateurs se massaient aux côtés des journalistes, photographes et autres cameramen à l’entrée du parc naturel de Haute Campine, où une gigantesque opération de police était en cours pour tenter de retrouver Jürgen Conings, un militaire armé en fuite.

> 21h30 : Une enquête interne a été lancée au sein de la Défense pour mettre en évidences d’éventuelles « lacunes » dans le fonctionnement de ses services

> 19h50 : Les services de police et les unités de la Défense fouillent une zone d’un périmètre d’au moins 20 kilomètres, a indiqué le directeur-coordinateur (DirCo) de la police fédérale limbourgeoise, Robin Minten. « Nous voulons être minutieux dans notre travail de recherche et avancer en toute sécurité dans une zone parfois difficile d’accès en raison des forêts, des buissons et des plans d’eau », a-t-il expliqué, avant d’esquiver toute question relative à la présence ou non du militaire fugitif dans le parc national de la Haute Campine.

Le DirCo ne s’est par ailleurs pas étendu davantage sur la tactique utilisée pour les recherches ou encore sur le nombre d’hommes déployés sur le terrain.

> 19h00 : Un campement a été découvert lors de fouilles à Mechelse Heide. Il pourrait appartenir à Jurgen Conings, selon le Nieuwsblad.

> 18h40 : « Ça continue, le périmètre est énorme. On met tout en place, en espérant que ça se termine bien pour la personne que nous recherchons », a déclaré le porte-parole de la police fédérale lors d’une conférence de presse.

>17h : Ni les policiers, ni les militaires qui participent à la recherche de Jurgen Conings n’ont encore tiré de coups de feu, indique le parquet fédéral, affirmant que les coups de feu entendus précédemment provenaient probablement de chasseurs.

>16h10 : Alors que le bourgmestre de Maasmechelen exhorte au calme, les habitants de la zone du parc national de la Haute Campine s’inquiètent et s’enferment chez eux. « On dirait une zone de guerre », a confié un habitant à nos confrères de HBvL.

>16h : Les militaires ont le « permis de tuer » dans le cadre de la recherche de Jurgen Conings, indique HBvL.

>15h40 : Un important convoi d’unités spéciales et de militaires, partent en direction de Lanklaar, quittant ainsi la porte d’entrée « De Salamander » du parc national de la Haute Campine.

>15h30 : Des mesures seront prises à court terme pour faire en sorte qu’un cas comme celui de Jürgen Conings ne puisse plus se reproduire à l’armée, a assuré jeudi la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, devant la Chambre, en réponse à de nombreuses questions. Cet individu, déjà connu des services de sécurité et de renseignement, y compris militaires, « aurait dû faire l’objet d’un suivi plus strict de sa hiérarchie », a estimé Mme Dedonder.

Belga

>14h50 : La police confirme la fin de la grande opération de recherche à Louvain.

>14h15 : Le virologue Marc Van Ranst, qui est sur la liste des cibles de Jürgen Conings, possède un appartement à Herent, dans la région de Louvain. La police y serait également présente en masse, selon les informations de HLN

>14h : Une vaste opération de recherche a débuté dans la région de Louvain. Une personne y aurait vu Jürgen Conings. La police et le parquet fédéral prennent le signalement au sérieux et se rendent en masse sur les lieux.

>13h30 : La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), bénéficie d’une protection supplémentaire à la suite de la cavale de Jurgen Conings, a indiqué jeudi son cabinet à l’agence Belga.

>13h15 : « Jurgen Conings ne vise pas les civils ni les écoles », a déclaré le bourgmestre Raf Terwingen de Maasmechelen. « Si un seul citoyen est en danger, nous interviendrons. »

Belga

>12h45 : Selon Tony Bargibant, secrétaire permanent CGSP-Défense, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder met à disposition des moyens illimités pour soutenir la police.

>12h40 : « Il y a 250 policiers et 150 militaires sur le terrain », a déclaré la porte-parole du parquet fédéral Wenke Roggen. « Il y a des éléments qui indiquent qu’il serait dans cette zone. Il s’agit d’une zone très vaste et difficile d’accès. Nous essayons maintenant de délimiter une zone où il se cache. En plus de ces 400 personnes, nous recevons également de l’aide de l’étranger. » Quant aux éventuels coups de feu tirés ce matin, aucune explication. « Je peux seulement confirmer que des coups de feu ont été entendus hier », explique-t-elle. « Les armes qu’il possède sont plus ou moins claires, mais nous ne pouvons donner aucune information à ce sujet. Nous supposons qu’il est toujours en vie », conclut la porte-parole.

>12h : Un impressionnant renfort allemand arrive à la base militaire de Zutendaal.

>11h50 : Un ex-commando témoigne auprès de nos confrères de HBvl : « Un soldat bien entraîné peut passer presque une semaine sans dormir ». Depuis trois jours, Jürgen Conings a réussi non seulement à échapper aux forces de l’ordre, mais aussi à survivre dans la nature.

Belga

>11h : La cavalerie de la police fédérale arrive sur les lieux.

>10h50 : Les unités spéciales d’Allemagne, du Luxembourg et des Pays-Bas se tiennent prêtes dans leurs pays respectifs au cas où Jurgen Conings tenterait de franchir la frontière.

>10h20 : Des coups de feu ont été entendus ce jeudi matin dans le parc national de la Haute Campine. A Maasmechelen, des dizaines de parents ont préféré ne pas emmener leurs enfants à l’école par précaution, rapporte Het Nieuwsblad. Het Belang van Limburg rapporte également une courte salve aux alentours de 9 heures.

>9h30 : Jos Lantmeeters (NV-A), gouverneur de la province de Limbourg, a déclaré qu’aucune mesure de sécurité supplémentaire n’était prise pour l’instant. Les écoles, les hôpitaux et les magasins restent donc actuellement ouverts. Le gouverneur a tenu à souligner que l’action de la police suit une stratégie claire.

>9h : « La recherche s’est poursuivie toute la nuit et nous continuons aujourd’hui », a déclaré Eric Van Duyse, porte-parole du bureau du procureur fédéral.

>8h30 : Gwendy, la compagne de Jurgen Conings, témoigne : « Je ne sais pas ce qui l’a poussé à créer cette situation. » Témoignage à retrouver en vidéo ci-dessous.

>5h : Plusieurs fourgons de police ont quitté leur position à la porte d’entrée « De Salamander » du parc et se sont dirigés en direction de l’As, rapporte HLN. A la demande de l’OCAD et du centre de crise, le parc national de la Haute Campine reste fermé. Ceux qui ne respectent pas l’interdiction risquent une amende pouvant aller jusqu’à 200 euros. La E314 entre Genk et Maasmechelen, près du parc, reste également fermée.

>1h30 : Des véhicules militaires blindés sont venus s’ajouter dans la nuit au dispositif de recherche du soldat fugitif et armé à Maasmechelen. Deux de ces véhicules se sont rendus mercredi soir dans le domaine naturel du parc national de Haute Campine, Mechelse Heide, avant de le quitter à nouveau. La police et les militaires restent massivement déployés à la porte d’entrée « De Salamander » du parc pour cette chasse à l’homme, appuyés par des forces des unités spéciales ou encore les services de soutien canin. Jusqu’à présent, environ 250 policiers, 90 soldats, des unités spéciales et des membres du service de déminage ont été déployés.

Belga

>1h : Les services de déminage se sont aussi à nouveau présentés plus tard dans la soirée de mercredi, comme ce fut le cas mardi soir. Le suspect aurait laissé une grenade attachée à des fils dans son véhicule découvert mardi et qui menaçait d’exploser si les portières étaient ouvertes.

>21h30 : Un camion de l’armée transportant des soldats a pénétré dans le domaine naturel de Mechelse Heide, dans le parc, après que quatre membres des unités spéciales à moto aient d’abord investi la réserve naturelle.

Belga

>20h30 : Le Premier ministre Alexander De Croo, interrogé par la chaîne de télévision flamande VTM, a jugé « inacceptable » qu’un homme fiché comme proche de l’extrême droite puisse être « actif dans la Défense et avoir accès à des armes ».

>20h : Deux enquêteurs de la police du Maasland ont également récupéré un vêtement et deux essuies trouvés sur un sentier près de l’Europalaan (N771), au bord du Dilserbos, à quelques kilomètres de l’endroit où le véhicule de Jurgen Conings a été retrouvé mardi soir. On ne sait pas encore si ces éléments appartiennent à ce dernier.

>18h30 : Mercredi soir, six coups de feu ont été entendus dans le parc national Hoge Kempen à Maasmechelen. Des nuages de fumée ont été aperçus derrière le quartier Klein Homo à Lanklaar et des sirènes ont également retenti, d’après les informations de Het Belang van Limburg.

Aussi en Faits divers