La réponse virulente des organisateurs après l’annulation de la Flèche Ardennaise

Les organisateurs sont effondrés.
Les organisateurs sont effondrés. - Photo News

Voici le communiqué complet :

« C’est une saga sans nom de plus de 15 jours, un cafouillage indescriptible basé sur des arguments officieux dont certains fallacieux de la part de la Fédération Cycliste Wallonie Bruxelles qui ont eu raison, au final, de l’épreuve : la Flèche Ardennaise 2021, prévue ce dimanche 9 mai avec départ et arrivée à Stavelot, est annulée.

À quatre jours (!) de la course, la FCWB vient en effet de signifier ce mercredi 5 mai vers 14h, sa décision de ne pas autoriser la course car celle-ci est classée 1.2 UCI, donc non-professionnelle ; la FCWB – non contredite par Belgian Cycling (la coupole belge) – applique ainsi, sans concession ni la moindre négociation directe avec l’organisateur, son règlement interne tout en se réfugiant derrière les décisions du dernier CODECO d’avril.

Or, l’organisateur, L’ASBL Société Flèche Ardennaise, n’a eu cesse d’argumenter le fait que 91 coureurs professionnels devaient prendre le départ dont une formation pro de deuxième division. Il était impossible de les priver de leur métier. Un argument qui avait sensibilisé la Ministre des Sports de la Fédération Wallonie Bruxelles Valérie Glatigny qui a informé l’organisateur qu’elle assimilait la Flèche à une course 1.1 (professionnels) en regard de la moitié du peloton composée de professionnels.

L’organisateur a multiplié les démarches et obtenu, outre le feu vert de la Ministre des Sports, l’aval de l’UCI, quant au protocole sanitaire Covid 19 qui a même été adapté au protocole de Belgian Cycling en début de semaine. À ce titre, un commissaire spécial COVID avait été désigné par l’organisateur, et gérait la situation au quotidien.

L’UCI avait d’ailleurs bien maintenu l’épreuve à son calendrier et désigné le Président du collège des commissaires pour ce 9 mai. Par ailleurs, tous les Bourgmestres des communes traversées par la Flèche avaient autorisé la course, à commencer bien sûr par la ville d’accueil, Stavelot et son Bourgmestre Thierry de Bournonville. Le Gouverneur de la Province de Liège avait lui aussi marqué son accord.

L’organisateur s’interroge donc sur les intentions réelles de la FCWB de ne pas suivre la décision ministérielle : une Fédération sportive Francophone qui dépend des subsides de la Fédération Wallonie Bruxelles pour vivre, peut donc, selon la FCWB, mépriser une décision de sa ministre de tutelle ! Le monde à l’envers !

Par ailleurs, l’organisateur avait également reçu l’aval de l’UCI, mais AUCUN courrier officiel de la FCWB n’est parvenu à l’organisateur dans ce sens, jusqu’à ce mercredi 5 mai avec la décision finale, par ailleurs signée laconiquement de «  la Direction de la FCWB  » et donc non personnalisée par son président, le Theuxtois Thierry Marechal, ce qui manifeste clairement un manque de prise de responsabilité de sa part.

On peut par ailleurs également s’interroger sur la tenue en mars dernier d’une course 1.2 en Flandres, le Women Elite 1.2 GP Oetingen, le 14 mars avec résultats publiés sur le site officiel de la Fédération, épreuve exactement du même niveau que la Flèche Ardennaise, alors même que la pandémie était au plus haut en Belgique. Deux poids, deux mesures.

Pendant tous ces atermoiements, le comité organisateur et les nombreux travailleurs qui l’entourent, ont œuvré d’arrache-pied pour monter une épreuve de haute qualité sportive avec un parcours inégalé et doté d’un plateau exceptionnel regroupant des formations espoirs professionnelles comme Jumbo Visma, FDJ et autre AG2R et Lotto Soudal, ainsi que l’équipe de la Fédération Cycliste Wallonie Bruxelles…

Quelque 20 personnes sont à la manœuvre depuis quasi un an, auxquelles s’ajoutent les nombreuses personnes de terrain pour le jour de la course : signaleurs pour protéger 300 carrefours, les motards, chauffeurs de voitures officielles, ouvreurs, flécheurs et déflècheurs, etc sans oublier les agents des polices locales concernées, la police fédérale, le service des travaux de la Ville de Stavelot et son Échevin Fabien Legros, la contribution d’un restaurateur local pour la conférence de presse et un autre pour le jour de la course, l’abbaye de Stavelot, etc.

Le préjudice pour L’ASBL de gestion est à la fois moral et financier :

Moral car l’équipe est totalement bénévole et voit ses efforts battus en brèche à quelques heures de l’épreuve à la suite de centaines de mails, de contradictions, de non-réponses, de rappels incessants, de renvois de balles FCWB, Belgian Cycling, UCI, cabinet Glatigny, Gouverneur… La déception est immense et le moral des troupes entamé en vue des tâches futures, notamment la mise sur pied de la très cotée Aubel-Thimister-Stavelot pour juniors internationaux en août. Cette décision tardive de la FCWB a fait perdre du temps, de l’argent et de l’influx aux organisateurs.

Financièrement, L’ASBL risque de perdre du crédit dans cette très mauvaise pièce jouée par la FCWB auprès de ses partenaires commerciaux voire publics. De plus, des frais réels ont été engagés pour organiser la course, administratifs et autres.

Le préjudice est aussi sensible pour la Ville de Stavelot qui avait consenti de gros efforts matériels et financiers, mobilisé des agents de ses services communaux ; plus largement, le préjudice touristique et l’absence de retombées médiatiques (radio, TV, presse écrite) sont eux aussi bien réels.

C’est une équipe organisatrice effondrée qui aujourd’hui constate les dégâts dont les sphères « impénétrables » d’une FCWB opaque et sans doute volontairement non-réactive, ne mesurent pas l’ampleur depuis leur belle tour d’ivoire.

Au-delà de l’annulation de la Flèche Ardennaise, qui a tout de même couronné jadis des Voeckler, Bruyère, J.L. Vandenbroucke, De Vlaeminck, Bakelants, Fedrigo, Dillier, Kung, Vliegen, VanHoucke et autre Cees Bol, c’est un très mauvais signal pour l’avenir du cyclisme en Wallonie car nos meilleurs espoirs – entourés par de bons pros – ont plus que jamais besoin de ce type d’épreuves.

Mais la FCWB a-t-elle seulement eu cette idée une seule petite seconde à l’esprit ?

Poser la question, c’est sans doute y répondre. »

La Flèche Ardennaise, qui devait se tenir dimanche à Stavelot, n’est pas autorisée

Coup dur pour les organisateurs.
Coup dur pour les organisateurs. - Belga

«La semaine dernière, nous avons appris par la presse que la Flèche Ardennaise allait avoir lieu et que différents clubs avaient été contactés. Le 1er avril, la fédération avait envoyé une réponse négative à la demande de l’organisateur puisqu’il s’agit d’une compétition 1.2. Ce type de course, auquel les coureurs des équipes WorldTour ne peuvent pas participer, n’a pas pu être inclus dans le protocole des courses professionnelles établi sur base de l’arrêté ministériel du 28 octobre 2020», explique le communiqué de Belgian Cycling.

«La fédération s’est immédiatement renseignée et cela a également été confirmé par l’Administration générale du sport de la Fédération Wallonie Bruxelles. Sur la base de l’arrêté ministériel et du protocole, la Flèche Ardennaise n’est pas autorisée et la course ne sera pas couverte par la police d’assurance de la licence d’organisation et des coureurs».

La 56e édition de la Flèche ardennaise ne pourra donc pas se dérouler. L’épreuve liégeoise avait déjà été annulée en 2020 en raison de la crise sanitaire.

Aussi en Sport régional